Enduit sur mur en paille Façade Ouest

La tempête « Joachim » que nous avons subi le 16 décembre ( amenant des vents plein ouest de 100 à 110 km/h), a occasionné quelques dégâts sur les murs paille enduits ( les autres types de construction ont été également touchés).

Les enduits à la chaux traditionnelle sont difficiles à maîtriser et demandent une vraie expérience sur les proportions à suivre et la mise en œuvre à appliquer.

De plus, les temps de séchage sont très importants ; plusieurs facteurs peuvent être défavorables :

– Souvent, les enduits sont réalisés au mois de septembre, époque où le séchage des murs peut être trop rapide (à cause du soleil couchant ).

– On peut rencontrer des problèmes suite à l’exposition aux intempéries dès l’application de l’enduit.

– On peut également avoir une mauvaise ventilation de l’enduit à cause d’une protection avec une bâche ( l’usage de filet serait à priori plus adapté pour un bon séchage de l’enduit et une protection à la pluie – mais ceci fera l’objet d’un autre article).

– Enfin les enduits sont parfois réalisés trop tard en octobre, voire novembre, là où les températures descendent trop bas.

Les enduits à la chaux peuvent subir des fissurations, du fait d’un mouvement de la structure et du mur. Ce mouvement est normal et est pris en compte pour l’application des enduits de finition (les enduits de finition doivent être réalisés : sur un corps non armé délai de séchage + 6 mois, sur un corps armé délai de séchage + 3 mois – cf. gles professionnelles de la construction en paille, page 107).

Ces fissurations doivent être rebouchées régulièrement, car forcément, qui dit fissuration dit pénétration de l’eau entre le corps d’enduit et la paille ; alors imaginez de l’eau avec du gel : ça gonfle et décolle votre belle couche de corps (attention : il existe une procédure à respecter pour le rebouchage des fissurations).

Des micros fissurations peuvent apparaitre, non visibles à l’œil nu. Celles-ci se rebouchent au cours de la carbonatation de l’enduit (sauf si l’enduit n’est pas protégé le temps de cette carbonatation et qu’une pluie battante vient toucher la façade).

Des fissures un peu plus grosses que les micros fissures peuvent être rebouchées par traitement au badigeon (qui était réalisé régulièrement sur certaine construction). L’inconvénient est que le badigeon doit être renouvelé tout les 5 ans en fonction de l’exposition.

Parlons maintenant des propriété de la chaux:

La chaux à une capacité d’absorption importante (absorption : aptitude de l’enduit à absorber l’eau sous forme liquide). L’enduit chaux absorbe l’eau par capillarité ; cette porosité permet à un enduit de sécher rapidement. La structure de l’enduit ne change pas, même une fois mouillé, ce qui entraine, par capillarité, le transport de l’humidité jusqu’a son support (la paille ou le bois…).

Nous n’avons pas ce phénomène avec des enduits à la terre, qui sont très hydrophiles. Ils absorbent l’eau , ce qui fait gonfler l’argile pour former une barrière imperméable. La terre retient l’eau dans l’enduit au lieu de la faire migrer vers le support (mais l’enduit reste sensible à l’érosion).

Afin de limiter la capacité d’absorption de l’enduit chaux, les anciens utilisaient de la caséine (fromage blanc, petit lait …..) .

Aujourd’hui, nous pouvons utiliser un traitement de surface, le silane ou le siloxane, qui s’appliquent à la brosse ou projeté.

Ce traitement imprègne la chaux et permet une minéralisation (minéraliser : consiste à faire pénétrer par capillarité des solutions à catalyseur dont la réaction de durcissement aboutit à la formation de silice qui reconstitue une structure nouvelle et durable).

Point très important, ce traitement réduit de 90 % la capacité d’absorption et diminue de 8 à 10 % la diffusion de la vapeur d’eau.

Une entreprise dans les Deux Sèvres a été créée et commercialise des produits particuliers, utilisables pour les monuments historiques.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, les règles professionnelles de la construction paille ont été rédigées. C’est l’aboutissement de 5 ans de travail, mené par le réseau français de la construction paille (les Compaillons). Les Règles Pro ont été validées et publiées en janvier de cette année, par Le Moniteur.

Chapitre 3 : technique constructive( p. 30)

1. Un tableau indiquant les types de protection en fonction de de la typologie d’exposition ( Abritée, semi abritée et exposée) .

2. un autres : la classe de protection des revêtements ( enduit terre I, enduit terre + finition chaux II, enduit chaux II, bardage ou vêture III).

3. Le dernier tableau indique le revêtement recommandé en fonction de la hauteur de construction, de la typologie du terrain.

Pour un enduit en façade ouest donc exposée :

§ Moins de 3 mètres : revêtement de classe II ou III

§ de 3 à 6 mètres : revêtement de classe III

§ Au delà de 6 mètres : revêtement de classe III

Donc pour une façade ouest avec pignon, il faut barder le pignon ou toute la façade ; le rez-de-chaussée peut être laissé en enduit à la chaux .

Une réponse à Enduit sur mur en paille Façade Ouest

  1. Ryo dit :

    Pouvez-vous m’indiquer quel type de filet de protection vous utilisez pour protéger la paille de la pluie? Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *